Praline Le Moult, aventurière du vêtement

Praline Le Moult © Maria Ziegelböck

Une chose est sûre, Praline Le Moult peut vous emmener très loin !  Passer une heure avec elle, c’est s’embarquer pour un voyage rocambolesque de Paris à Vienne en passant par l’Afrique, la Chine ou encore l’Inde, dans lequel elle décrit son parcours de créatrice, mais aussi les aventures de son arrière-grand-père, Eugène. C’est la vie incroyable de ce dernier, naturaliste, spécialisé dans l’étude des papillons qui l’a inspirée pour créer sa marque P. Le Moult, et qu’elle raconte avec une passion contagieuse.

Chance ! Bar-da a pu la rencontrer lors d’un passage à Paris où elle préparait l’entrée de la marque au Printemps, au Bon Marché et chez Merci (rien que ça !) , avant de s’envoler quelques jours plus tard pour Tokyo …

Qui es tu ? Praline Le Moult, Parisienne vivant à Vienne. Je suis la créatrice de la marque éponyme P. Le Moult que j’ai lancée il y a 2 ans et demi.

Au départ, j’ai une formation de Stage design à la Central Saint Martins School de Londres ; je faisais des décors de cinéma. Petit à petit, je me suis intéressée au vêtement dans le cadre d’un projet de recyclage d’habits. J’ai ensuite été admise aux Beaux-Arts pour apprendre à dessiner et j’ai remporté le prix LVMH qui m’a permis d’aller en Chine.

Suite à ce voyage j’ai créé une première collection (“La doudou”, des doudounes en wax, ce tissu africain), et puis j’ai commencé à me pencher sur l’histoire de mon arrière-grand-père, Eugène Le Moult, un personnage avec une histoire assez fascinante, qui n’était pas vraiment partagée dans ma famille. Il était chasseur de papillon, à une époque où c’était considéré comme un véritable sport. Il est même devenu un des premiers exportateurs de papillons au monde, après s’être installé en Guyane, où il recrutait des anciens bagnards pour l’aider à chasser les précieux insectes … Je me suis plongée dans son univers incroyable et me suis inspirée de quelques pièces de sa garde-robe, retrouvées dans une maison de famille en Picardie pour lancer nos pyjamas. Ils sont reconnaissables au petit moustique brodé sur la manche (en référence à la Guyane où Eugène a vécu). C’est ainsi qu’avec mon mari, nous avons lancé la marque P. Le Moult, depuis Vienne où nous sommes installés.

Quel(s) sac(s) utilises tu au quotidien ? Aujourd’hui, j’ai un sac militaire, mais sinon j’ai souvent une besace de pêcheur. J’aime avant tout les vêtements de métier, qui ont une fonction et ne sont pas seulement décoratifs. Je crois que c’est ma formation initiale de stage designer qui fait que je ne peux pas concevoir un vêtement ou un accessoire sans une histoire derrière !!

Le militaire de Praline, auquel sont attachés les fameux “boudins” (cf. plus bas)

Qu’emportes tu dedans? Mes clés, en ce moment j’ai également celles de ma mère comme je suis à Paris. J’ai aussi des “ayurvedic pills” que j’achète en Inde, un concentré d’épices qui agit un petit médicament… Des lunettes de soleil (bigfish, une marque lancée par mon cousin !), un rouge à lèvres Givenchy offert hier pour mon anniversaire et un napolitain (un délicieux gâteau sec viennois inspiré d’une recette italienne), et puis aujourd’hui, j’ai aussi une chose belle et rare dans mon sac :  une boîte à papillons pour notre pop up store au Bon Marché!

Les papillons au fond du sac de Praline !

Comment retrouves-tu tes clés ? Avec un grelot chinois que je leur ai attaché. Ainsi je les retrouve au bruit !

Une anecdote ? J’ai toujours des “boudins” textiles dans mon sac (cf. Photo plus haut). Je les fabrique depuis des années. J’en offre même à Karl Lagerfeld !

En vacances, qu’emportes tu ? Je voyage beaucoup en Inde, car la famille de mon mari est originaire du Rajasthan. J’essaie d’être toujours la plus légère possible. Mais j’emporte toujours une étoffe pour me couvrir au cas où et mon téléphone bien sûr !

Suivez Praline et les magnifiques pyjamas P. Le Moult ! 

le site et la boutique P.Le Moult

Instagram

Facebook

 

2 thoughts on “Praline Le Moult, aventurière du vêtement”

  1. Ça m’a donné envie d’aller découvrir son univers, qui a l’air riche et coloré. Je suis assez intriguée par ces boudins, je n’ai pas compris je pense, à quoi servent-ils ? Est-ce que c’est seulement un accessoire ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *